« RULAAC écrit à l’IGP au sujet de la fausse parade de Thaddeus Ojokoh par le Commandement de la Police d’Imo en tant que suspect du meurtre d’un policier »

"RULAAC écrit à l'IGP au sujet de la fausse parade de Thaddeus Ojokoh par le Commandement de la Police d'Imo en tant que suspect du meurtre d'un policier"

Introduction

Cet article rapporte une pétition adressée à l’inspecteur général de la police (IGP), Usman Baba, par le Centre de défense de l’Etat de droit et de la responsabilité (RULAAC), sur le faux défilé de Thaddeus Ojokoh en tant que suspect dans le meurtre de certains policiers. Le centre a demandé une enquête rapide et impartiale pour percer le mystère entourant l’allégation du commandement de la police de l’Etat d’Imo selon laquelle un homme qui avait été en garde à vue faisait partie de ceux qui ont commis le meurtre ignoble de policiers dans l’Etat d’Imo à une date où l’homme était toujours sous la garde de la police.

1. Qui est Thaddeus Ojokoh ?

Thaddeus Ikechukwu Ojokoh est un tailleur âgé de 53 ans, et père de cinq enfants. Il a été arrêté le 15 avril sur une allégation d’être membre du peuple autochtone du Biafra (IPOB).

READ  Programme de conservation du patrimoine culturel annoncé par l'USAID et l'American Research Center en Égypte pour 1,5 million de dollars.

2. Qu’a déclaré le Centre de défense de l’Etat de droit et de la responsabilité (RULAAC) ?

Le centre a déclaré dans une lettre datée du 8 mai et signée par son directeur exécutif, Okechukwu Nwanguma, que Thaddeus Ojokoh a été arrêté le 15 avril sur une allégation d’être membre de l’IPOB et que le commandement de la police d’Etat a ensuite publié une déclaration indiquant qu’il faisait partie des suspects qui ont tué des policiers le 21 avril.

3. Pourquoi la famille d’Ojokoh craint-elle pour sa vie ?

Les membres de la famille de Thaddeus Ojokoh n’ont pas eu accès à lui depuis le jour de son arrestation. Ils craignent sérieusement pour sa vie car la plupart des personnes arrêtées par la police dans l’Etat d’Imo et qualifiées de membres de l’IPOB ont généralement été exécutées de manière extrajudiciaire ou ont disparu.

4. Pourquoi la RULAAC a-t-elle adressé une pétition à l’inspecteur général de la police (IGP) ?

La RULAAC a adressé une pétition à l’IGP pour attirer son attention sur le faux défilé de Thaddeus Ojokoh en tant que suspect dans le meurtre de certains policiers, et pour lui demander d’ordonner une enquête rapide et impartiale pour percer le mystère entourant l’allégation du commandement de la police de l’Etat d’Imo.

5. Quelles sont les inquiétudes de la RULAAC concernant l’attitude de nombreux policiers du Sud-Est ?

Le centre a attiré l’attention de l’IGP sur l’attitude de nombreux policiers du Sud-Est « présumant que toute personne accusée d’être membre de l’IPOB a automatiquement perdu ses droits constitutionnellement garantis à une procédure régulière, y compris la présomption d’innocence jusqu’à preuve du contraire dans un procès équitable ».

READ  Récapitulatif hebdomadaire : démission de Dominic Raab, règlement de Fox News, bombardement amoureux.

6. Quelles sont les conséquences des exécutions sommaires et des exécutions extrajudiciaires selon la RULAAC ?

Selon la RULAAC, les exécutions sommaires et les exécutions extrajudiciaires peuvent avoir de vilaines répercussions, notamment en créant un cycle de violence.

7. Quelle est la demande de la RULAAC concernant le maintien en détention de Thaddeus Ojokoh ?

La RULAAC a demandé à l’IGP d’ordonner une enquête sur le maintien en détention de Thaddeus Ikechukwu Ojokoh et les circonstances entourant son accusation d’être parmi ceux qui ont perpétré une attaque contre des policiers à une date où il était encore en garde à vue. Il devrait être libéré ou inculpé devant un tribunal s’il a une affaire à répondre.

8. Quelle est la position de la RULAAC sur l’attaque contre des policiers ?

La RULAAC a condamné l’attaque et le meurtre de 4 policiers au carrefour Ngor-Okpala le 21 avril 2023 et a affirmé que tous les responsables ne devraient pas être épargnés par la peine maximale autorisée par la loi.

9. Quelle est la demande de la RULAAC concernant l’accusation de Thaddeus Ojokoh ?

La RULAAC a demandé une enquête approfondie pour s’assurer qu’une personne innocente n’est pas accusée à tort ou ne doit pas payer le prix d’un crime qu’elle n’a pas commis.

10. Que demande la RULAAC concernant la famille d’Ojokoh et ses représentants légaux ?

La RULAAC a demandé que la famille et les représentants légaux de Thaddeus Ojokoh soient autorisés à lui rendre visite.

Résumé

La RULAAC a adressé une pétition à l’inspecteur général de la police (IGP), Usman Baba, sur le faux défilé de Thaddeus Ojokoh en tant que suspect dans le meurtre de certains policiers. Le centre a demandé une enquête rapide et impartiale pour percer le mystère entourant l’allégation du commandement de la police de l’Etat d’Imo selon laquelle un homme qui avait été en garde à vue faisait partie de ceux qui ont commis le meurtre ignoble de policiers dans l’Etat d’Imo à une date où l’homme était toujours sous la garde de la police. La RULAAC a également attiré l’attention de l’IGP sur l’attitude de nombreux policiers du Sud-Est présumant que toute personne accusée d’être membre de l’IPOB a automatiquement perdu ses droits constitutionnellement garantis à une procédure régulière.

READ  Les spécifications oneM2M approuvées comme norme ITU par plus de 190 pays membres pour simplifier l'adoption de l'IoT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut