Brève histoire des cinéastes arabes au Festival de Cannes

A Brief History of Arab Filmmakers at the Cannes Film Festival

Voici les principales données extraites de l’article :

– Le Festival de Cannes a débuté le 16 mai et se poursuivra jusqu’au 27 mai.
– Depuis sa création en 1946, le festival a fourni une scène aux cinéastes du monde entier pour présenter leur travail et concourir pour des prix importants.
– Les artistes et les films arabes ont apporté d’importantes contributions au festival au fil des ans, partageant leurs points de vue distincts, leurs expériences culturelles et leurs ambitions artistiques avec un public mondial.
– Voici une liste de quelques-uns des films de cinéastes arabes qui se sont démarqués à Cannes au fil des ans : « Dunia » (1946) de Muhammad Karim, « Une nuit d’amour » (1952) d’Ahmed Badrakhan, « Fils du Nil » (1952) de Youssef Chahine, « Intervention divine » (2002) d’Elia Suleiman, « Days of Glory » (2006) de Rachid Bouchareb, « Caramel » (2007) de Nadine Labaki, « Salt of This Sea » (2008) d’Annemarie Jacir, « La belle et les chiens » (2017) de Kaouther Ben Hania, et « Adam » (2019) de Maryam Touzani.
– « Four Daughters » (2021) de Kaouther Ben Hania est en compétition dans la catégorie Palme d’Or cette année.

READ  Atterrissage sécurisé : Binter assure la sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut